27/11/2010

Pur désir /Puro deseo

Le poème est l’amour réalisé du désir demeuré désir.  

                   René Char (Fureur et mystère)

El poema es el amor realizado del deseo permanecido deseo.

 

Qu’ajouter? Mon billet de cette semaine est le résultat de plusieurs jours d’immersion, délicieuse, dans la poésie de René Char et de Pablo Neruda. Et de traductions. Oh, même si j’y ai beaucoup travaillé, elles ne sont pas parfaites et j’accepte volontiers toute suggestion de votre part.

¿Qué podría añadir? Mi nota de esta semana es el resultado de varios días de deliciosa inmersión en la poesía de René Char y de Pablo Neruda. Y de traducciones. O, aunque trabajé mucho, no son perfectas y acepto con mucho gusto cualquier sugerencia.

 

 

Le noeud noir   René Char (Chant de la Balandrane 1977)

 

Je me redis, Beauté,

ce que je sais déjà,

Beauté mâchurée

d’excréments, de brisures.

Tu es mon amoureuse,le noeud noir Seurat.jpg

je suis ton désirant.

Le pain que nous cuisons

dans les nuits avenantes,

tel un vieux roi s’avance

en ouvrant ses deux bras.

 

Allons de toutes parts.

Le rire dans nos mains,

jamais isolément.

Corbeille aux coins tortus,

nous offrons tes ressources.

Nous avons du marteau

la langue aventureuse.

Nous sommes des croyants

pour chemins muletiers.

 

 

Moins la clarté se courbe

plus le roseau se troue

sous les doigts pressentis.

 

 

El nudo negro René Char (Chant de la Balandrane 1977)

 

Me repito, Belleza,

lo que ya sé,

Belleza tiznada

de excrementos, hecha trizas.

Eres mi enamorada,

soy tu suspirante.Dali-enigmedudesir.jpg

El pan que cocemos

en las noches acogedoras,

cual rey anciano se adelanta

los dos brazos abiertos.

 

Vámonos por todas partes,

con la risa en las manos,

nunca separados.

Cesta con picos tuertos,

ofrecemos tus recursos.

Tenemos del martillo

la lengua aventurera.

Somos creyentes

Para caminos muleros.

 

Cuanto menos se dobla la claridad,

más se ahueca la caña

bajo los dedos presentidos.

(Trad. Colette)

 

 

Déjame sueltas las manos  Pablo Neruda

 

Déjame sueltas las manos

y el corazón, déjame libre!

Deja que mis dedos corran

        por los caminos de tu cuerpo.

La pasión – sangre, fuego, besos -

me incendia a llamaradas trémulas.

Ay, tú no sabes lo que es esto!

 

Es la tempestad de mis sentidos

   doblegando la selva sensible de mis nervios.

Es la carne que grita con sus ardientes lenguas!

Es el incendio!

Y estás aquí, mujer, como un madero intacto

  ahora que vuela toda mi vida hecha cenizas

hacia tu cuerpo lleno, como la noche, de astros!

 

Déjame libre las manos

          y el  corazón, déjame libre!

      Yo sólo te deseo, yo sólo te deseo!

No es amor, es deseo que se agosta y se extingue,

es precipitación de furias,

          acercamiento de lo imposible,

pero estás tú,

                   estás para dármelo todo,

y a darme lo que tienes a la tierra viniste-

como yo para contenerte,

y desearte,

y recibirte!

 

Laisse mes mains dénouées  Pablo Neruda

 

Laisse mes mains dénouées

et le cœur, laisse-moi libre !

Laisse courir mes doigts

        sur les chemins de ton corps.

La passion – sang, feu, baisers –

m’incendie de flammes tremblantes.

Aïe, tu ignores ce que c’est !

 

C’est la tempête de mes sens

  gagnant la jungle sensible de mes nerfs.

C’est la chair qui crie de ses langues ardentes !

C’est l’incendie !

Et tu es ici, femme, comme une bûche intacte

  maintenant que toute ma vie faite cendres vole

vers ton corps plein d’astres, comme la nuit !

 

Laisse mes mains dénouées

        et le cœur , laisse-moi libre !

   Je ne fais que te désirer, je ne fais que te désirer !

Ce n’est pas de l’amour, c’est du désir qui se flétrit et s’éteint,

pagaille de furies,

      approche de l’impossible,

mais tu es là,

               là pour tout me donner

et pour tout me donner tu es venue sur terre –

comme moi pour te contenir,

et te désirer,

et te recevoir !

(Trad. Colette)

 

 Illustrations: Seurat, le noeud noir / Dali, l'énigme du désir

 

 

 

 

Commentaires

Magnifique.
Merci de nous faire partager ces instants.

Hélène Richard-Favre

Écrit par : Chant-du-Cygne | 27/11/2010

C'est un vrai plaisir de partager des poèmes...je viens de lire quelques uns des vôtres avec délice, bonne journée Hélène.

Écrit par : colette | 27/11/2010

Quel travail chère amie,et quelle passion ! Je parle de celle qui t'anime à traduire d'aussi beaux poêmes, je me régale à chaque fois que je viens te lire. Ca nourrit l'esprit, superbe choix. Allez je relis encore une fois avant de partir. Je te souhaite un excellent we sous la pluie chez nous, dans d'autres régions c'est neige. Biz bien cordiale

Écrit par : veb | 27/11/2010

Veb, ma fidèle lectrice-commentatrice, mille mercis!
Un weekend d'un joli gris ici, sans neige bien sûr.
Voyons qui de Federer ou Nadal remporte la coupe...si tu aimes le tennis.
Je t'embrasse, bonne semaine amie virtuelle.

Écrit par : colette | 28/11/2010

Les commentaires sont fermés.