11/09/2010

La cigale et la fourmi /La cigarra y la hormiga

Aucun doute, vous connaissez cette fable de La Fontaine inspirée d’Esope, mais la version de Samaniego (1745-1801), l’aviez-vous déjà lue ? En voici la traduction, vous pourrez constater…qu’il y a vraiment peu de différences.

Conocen sin duda la fábula de Samaniego, casi copiada de J. de La Fontaine que, a su vez, se inspiró mucho de Esopo.

 

La Cigale et la Fourmi (Samaniego)

 

La Cigale passa

tout l’été à chanter,

sans faire de provisions

là, pour l’hiver ;

les froids l’obligèrent

à garder le silence

et à s’abriter

en son étroite demeure.cigarra hormiga.jpg

Se voyant dépourvue

d’aliments nécessaires ;

sans mouches, ni vers,

sans blé et sans orge.

La Fourmi vivait

là, juste à côté,

et avec mille expressions

d’attention et de respect

elle lui dit : « Dame Fourmi,

comme dans votre grenier

vous avez trop de provisions

pour vous alimenter,

prêtez quelque chose

pour que vive cet hiver

cette pauvre Cigale,

qui, joyeuse en d’autres temps,

ne connût jamais le mal,

ne sût jamais le craindre.

N’hésitez pas à me prêter

fidèlement je promets

sur le nom que je porte

vous payer avec intérêts ».

La Fourmi cupide

répondit prestement

cachant derrière son dos

les clés du grenier :

« Moi, prêter ce que je gagne

avec un immense travail !

Dis-moi donc, paresseuse,

qu’as-tu fait par beau temps ? »

« Moi, dit la Cigale,

à tout passant

je chantais allègrement

sans cesser ni un moment ».

« Ho là ! ainsi tu chantais

tandis que je travaillais !

Et bien maintenant que je mange

Danse, à ton corps défendant » (Trad. Colo)

 

La cigarra y la hormiga

de Félix María Samaniego

 

Cantando la Cigarra
pasó el verano entero,
sin hacer provisiones
allá para el invierno;
los fríos la obligaron
a guardar el silencio
y a acogerse al abrigo
de su estrecho aposento.
Viose desproveída
del preciso sustento:
sin mosca, sin gusano,
sin trigo y sin centeno.
Habitaba la Hormigala-cigale-et-la-fourmi.jpg
allí tabique en medio,
y con mil expresiones
de atención y respeto
le dijo: "Doña Hormiga,
pues que en vuestro granero
sobran las provisiones
para vuestro alimento,
prestad alguna cosa
con que viva este invierno
esta triste Cigarra,
que, alegre en otro tiempo,
nunca conoció el daño,
nunca supo temerlo.
No dudéis en prestarme,
que fielmente prometo
pagaros con ganancias,
por el nombre que tengo"
La codiciosa Hormiga
respondió con denuedo,
ocultando a la espalda
las llaves del granero:
"¡Yo prestar lo que gano
con un trabajo inmenso!
Dime, pues, holgazana,
¿qué has hecho en el buen tiempo?"
"Yo, dijo la Cigarra,
a todo pasajero
cantaba alegremente,
sin cesar ni un momento"
"¡Hola! ¿con que cantabas
cuando yo andaba al remo?
Pues ahora, que yo como,
baila, pese a tu cuerpo"

 

Ce conte moral a-t-il encore un sens en 2010 ? Si on est né cigale, peut-on devenir fourmi ? Qui sont les fourmis aujourd’hui… ?

De là la magnifique colère de Javier Bardem dans le film « Les lundis au soleil ». Lui, comme tant d’autres,est sans travail suite à la fermeture d’usines sidérurgiques dans le nord de l’Espagne…chômage, galère.

¿Tiene este cuento moral algún sentido en 2010? ¿Si se nace cigarra, es posible hacerse hormiga? ¿Quiénes son las hormigas hoy en día?

De allí la magnífica cólera de Javier Bardem en la película “Los lunes al sol”. Él, como otros tantos, está sin trabajo después del cierre de las fábricas  siderúrgicas en el norte de España…paro, infierno.

Regardez la vidéo!

http://www.youtube.com/watch?v=1uJ17NHnbZI

 

Voici la traduction du texte de la vidéo.

Voyons, voyons.

« Il y avait une fois un pays où vivaient une cigale et une fourmi. La fourmi était travailleuse et la cigale non ; elle aimait chanter et dormir pendant que la fourmi réalisait se travaux.

La temps passa et la fourmi travailla et travailla tout l’été, épargna autant qu’elle put et quand l’hiver arriva la cigale mourait de faim et de froid tandis que la fourmi avait de tout. »

-Quelle fille de p…..la fourmi.

« La cigale frappa à la porte de la fourmi qui lui dit : « petite cigale, si tu avais travaillé comme moi, tu n’aurais ni faim ni froid » et elle ne lui ouvrit pas la porte. »

-Qui a écrit ça ? C’est pas comme ça, c’est pas comme ça ! Cette fourni est une grande fille de p….et une spéculatrice.

De plus ils ne disent pas ici pourquoi certains naissent cigales et d’autres fourmis. Parce que si tu nais cigale, t’es foutu. Et ici ils ne le disent pas, ils ne le disent pas !

(Trad. Colo)

 

Commentaires

Quelles similitudes vraiment ! Je ne connaissais pas SAMANIEGO et l'on peut pas accuser l'un de plagiat de l'autre mais tout de même que de ressemblance.j'espère que tu vas bien ma chère Colette et que tu as repris tes activités scolaires avec un planning d'horaire sympa. Bonne soirée et biz bien cordiale

Écrit par : veb | 21/09/2010

Les commentaires sont fermés.