20/07/2010

L'ennui /El aburrimiento

calelladep67 xavier valls.jpg

 C’est après une conversation avec le responsable de la section légumes et fruits du supermarché que m’est apparue l’idée suivante : pourquoi l’ennui serait-il négatif ? Vivre intensément des moments pas folichons, banals, quotidiens – fastidieux selon les critères établis- n’est-ce pas vivre ?

 Cet homme entre deux âges me disait que les jours torrides et répétitifs à Majorque le déprimaient et qu’il trouvait un plaisir immense à trier, placer les légumes et fruits frais dans les rayons « même si cela semble ennuyeux » me dit-il.

 Fue al hablar con el encargado de la sección de frutas y verduras del supermercado cuando me apareció la idea siguiente: ¿por qué sería el aburrimiento algo negativo? Vivir intensamente aquellos momentos que no son excitantes, banales, cotidianos –      fastidiosos según el criterio establecido - ¿no es vivir?

 

Ese hombre de mediana edad me decía que los días calurosos y repetitivos de Mallorca le deprimían y que escoger y colocar las frutas y  verduras frescas en los lineales le procuraba un gran placer “a pesar de que eso pueda parecer aburrido”, añadió.

naturemorteaucitronetdeuxmandarines70.jpgL’ennui est l’apanage des jeunes entre 10 et 15 ans, et c’est  pour cette raison que les romantiques, qui voulaient vivre une éternelle adolescence, en ont fait leur symbole.

Et les adultes ?  Il y en a qui souffrent de cette insipidité vitale, ils s’ennuient et je me suis demandé de quel talent inné jouissent ceux qui savent apprécier le moment présent, arrivent à lui trouver un côté plaisant.

 

El aburrimiento es la especialidad de los jóvenes de entre 10 y 15 años y es por esta razón por que los románticos, que querían vivir una eterna adolescencia, lo convirtieron en su símbolo.

¿Y los adultos? Los hay que sufren de esta insipidez vital, se aburren y me he preguntado de qué talento innato gozan los que saben apreciar el momento presente, consiguen encontrar su lado placentero.

naturemorteaupavot71.jpg 

J’avais noté ce passage du livre « 99 francs » de Frédéric Beigbeder. "Le vrai hédonisme, c’est l’ennui. Seul l’ennui permet de vivre le présent mais tout le monde vise le contraire : pour se désennuyer, les occidentaux fuient par l’intermédiaire de la télé, du cinéma, d’Internet, du téléphone, du jeu vidéo, ou d’un simple magazine. Ils ne sont jamais à ce qu’ils font, ils ne vivent plus que par procuration, comme s’il y avait un déshonneur à se contenter de respirer ici et maintenant. (…)
On est ailleurs qu’à l’endroit où l’on est. On n’est peut être pas mort, mais pas très vivant non plus. Il serait intéressant de mesurer combien d’heures par jour, nous passons ainsi ailleurs que dans l’instant. Ailleurs que là où nous sommes. (…) »

 

nuaucanape64.jpg

Del libro “99 francos” de Frédéric Beigbeder había anotado el siguiente pasaje:“El verdadero hedonismo es el aburrimiento. Sólo el aburrimiento permite vivir el presente aún cuando todo el mundo intenta lo contrario: para “desaburrirse” los occidentales se escapan a través de la televisión, del cine, de Internet, del teléfono, del videojuego o de una simple revista. Nunca están a lo que están, tan sólo viven por procuración, como si fuera una deshonra el contentarse de respirar aquí y ahora. (…)No estamos donde estamos. No estamos muertos pero tampoco muy vivos. Sería interesante calcular cuántas horas al día pasamos fuera del instante. En otro sitio que aquel en que estamos (…).”


 Cette vision singulière de l’hédonisme me paraît intéressante. Elle rejoint en quelque sorte la pensée du grand poète espagnol, Miguel de Unamuno :« L'ennui fait le fond de la vie, c'est l'ennui qui a inventé les jeux, les distractions, les romans et l'amour. »

 Esta visión singular del hedonismo me parece interesante. De alguna manera se acerca al pensamiento de Miguel de Unamuno:“El aburrimiento constituye el fondo de la vida, es el aburrimiento el que ha inventado los juegos, las distracciones, las novelas y el amor.”  

 

 

 NB: Les quatre tableaux sont du peintre Xavier Valls /Los cuatro cuadros son del pintor Xavier Valls

Commentaires

J'aime beaucoup la synthèse que tu fais de l'ennui. Beitbegé, je ne suis pas fan mais le livre que tu cites je l'ai trouvé bien et ce passage est révélateur des addictions que nous avons un peu ou beaucoup tous, bien que lire pour moi n'est pas fuir l'instant mais une manière de l'arrêter. Je te souhaite un bon début de semaine et biz bien cordiale. J'aime en particulier le 3ième tableau et la subtilité de ses détails.

Écrit par : vebeyre | 19/07/2010

Bonjour Vebeyre, ces peintures représentent pour moi ces jours où il ne se passe rien mais où l'on trouve, en regardant bien, un grand plaisir dans les détails comme tu dis si bien. Bonne journée!

Écrit par : colette | 20/07/2010

Merci en effet, je pense que lorsque l'école apprendre l'ennui à ses élèves, alors peut-être faudra-t-il accepter d'y mettre nos enfants :-)

A lire sur le sujet : http://fr.wikisource.org/wiki/Insoumission_%C3%A0_l%E2%80%99%C3%A9cole_obligatoire

"L’obligation scolaire n’est pas, bien sûr, l’obligation d’apprendre mais d’apprendre à l’école. Pourquoi ce temps de six à seize ans ? Et pourquoi cet espace divisé en des classes et une cour ? De six à seize ans, c’est clair et personne ne s’en cache, « parce que l’esprit de l’enfant est malléable », c’est toujours cette idée de la cire molle qu’il faut marquer d’un sceau. Les diplômes font de l’esprit scellé une lettre qu’on peut envoyer dès lors à son employeur destinataire. Quant au lieu ... « Qui vit en classe vit nécessairement dans un lieu commun 1. » Edmond Gilliard dit bien d’autres belles évidences. Lieu commun de la banalisation et d’un dispositif de contrôle que Michel Foucault a décrit avec perspicacité. Avant même de former l’esprit, on forme le corps qui doit se lever, s’asseoir, manger, chier, pisser, dormir aux heures convenues."

Apprendre à s'ennuyer, c'est la vraie porte ouverte au développement d'un esprit réellement libre.

Écrit par : Julien Cart | 23/08/2010

Les commentaires sont fermés.