12/06/2010

Aimer et être aimé/Querer y ser querido

IMG_9120 [Desktop Resolution].JPG

« Dans la petite enfance, on est aimé et protégé bien plus qu’on aime. Le chemin de la maturité conduit à aimer bien plus que d’être aimé. Á aimer « jusqu’à la déchirure, même trop, même mal », comme le chante Don Quichotte par la voix de Jacques Brel. Même sans rien recevoir en retour. Voilà pourquoi l’enfance ne suscite en moi nulle nostalgie: non que j’aie manqué d’affection, mais parce que, à l’image de tous les petits enfants, je recevais ou prenais bien plus que je ne donnais.

 

   Un individu ne devient intéressant qu’à partir du jour où il s’enquiert d’aimer bien plus que d’être apprécié, choyé ou courtisé. Cela peut advenir à n’importe quel âge, à la faveur d’une épreuve ou d’une illumination de conscience, ou bien jamais. La plupart des humains vivent et meurent « seuls », croient-ils, parce qu’en fait ils n’attendaient que d’être aimés.

   Celui qui aime n’est jamais seul. (…)

  

   La vie solitaire ressemble à un jardin fleuri : c’est un lieu d’affinités, mais on peut s’y promener seul et s’y sentir heureux sans être accompagné ».

 

(Extrait de : L’ESPRIT  DE SOLITUDE, Jacqueline Kelen).

 

    « En la pequeña infancia, se es querido y protegido mucho más de lo que se ama. El camino de la madurez lleva a querer mucho más de lo que se es querido. A querer “hasta el desgarramiento, incluso demasiado, incluso mal”, como lo canta Don Quijote mediante la voz de Jacques Brel. Incluso sin recibir nada a cambio. Es por que la infancia no suscita en mí  ninguna nostalgia: no es que me haya faltado afecto, pero porque, al igual que todos los niños pequeños, recibía o cogía mucho más de lo que daba.

  

    Sólo a partir del día en que el individuo se preocupa de amar más que de ser apreciado, mimado, cortejado que empieza a ser interesante. Esto puede ocurrir a cualquier edad, por medio de una desgracia o de una iluminación de conciencia, o nunca. La mayor parte de los humanos viven y mueren “solos”, creen ellos, porque de hecho sólo esperaban ser queridos.

   El que ama nunca está solo. (…)

 

   La vida solitaria se parece a un jardín florido: es un lugar de afinidades, pero uno puede pasear solo y sentirse feliz en él sin estar acompañado”

 

 

Commentaires

Bonjour Colette, vos textes sont toujours magnifiques. On découvre des choses avec vous. Colette, le blog collectif traite aujourd'hui d'un thème porteur en écriture: "La télévision". Si ça vous inspire je vous invite à vous joindre à nous avec un petit texte. Délais: ce soir jusqu'à 23h30.
Le lien du blog collectif: http://billetcollectif.blog.tdg.ch/

Écrit par : Haykel | 12/06/2010

Bonsoir Haykel,merci. Les sujets du blog collectif m'inspirent souvent! Les congés scolaires sont imminents, je vais enfin avoir le temps d'écrire. Bon dimanche-foot!

Écrit par : colette | 12/06/2010

Bonjour Colette, je devais venir samedi lire votre article, mais je suis encore sans connexion internet et au bord de la crise de nerfs, car j'ai changé d'opérateur et rien n'y fait. Plein de vérité ce texte et comme toujours très beau. Et si de plus Brel l'a chanté...c'est la cerise sur le gâteau. Bien cordialement et bon début de semaine

Écrit par : vebeyre | 15/06/2010

Bonjour Colette, il n'arrête pas de pleuvoir chez nous on se croirait à la Toussaint mais le pire c'est les inondations et les 20 morts tu me dis que chez toi c'est pareil. Comme quoi nous payons nos dérives de consommateurs non avertis avec ces dérèglements climatiques. Toujours sans connexion chez moi. Te souhaite une bonne fin de semaine. Bien cordialement

Écrit par : vebeyre | 17/06/2010

Bonsoir Vebeyre, toujours sans connexion dis-tu, oh, tu dois être bien énervée!
Les pluies ont cessé, pas de catastrophes ici comme chez vous. Bon weekend à toi aussi.

Écrit par : colette | 18/06/2010

Et un clin d'oeil pour "La quête" de Brel.

Jusqu'à la déchirure. Au-delà de tout.

Écrit par : hommelibre | 18/06/2010

J'oubliais: superbe image! merci.

Écrit par : hommelibre | 18/06/2010

@ Homme Libre, merci à vous!
La montagne de la photo se trouve juste derrière chez moi et regorge de chèvres sauvages. Libres, amusantes, souvent solitaires.
"La quête", oui, oui.

Écrit par : colette | 18/06/2010

Les commentaires sont fermés.