25/03/2010

Excès et désirs /Excesos, deseos

31923-Les-amoureux-pablo-picasso.jpg

Il faudrait être bigleux ou extrêmement distrait pour ne pas les remarquer ; même s’il ne fait pas encore chaud ici et si le ciel est souvent brumeux, les adolescents débordent de tout : décolletés, rires, excès. Plus réjouissant qu’inquiétant !

 

Habría que ser cegato o extremadamente distraído para no advertirlos; aunque todavía no haga calor aquí y el cielo permanezca brumoso, los adolescentes desbordan de todo: escotes, risas, excesos. ¡Más alentador que preocupante!

Si le printemps n’est pas le sujet du roman « Saber perder » (Savoir perdre), l’adolescence l’est. Et le désir. L’auteur, David Trueba, n’a rien oublié de la sienne et parle avec beaucoup de justesse de celle des filles. La protagoniste, Sylvia, a 16 ans.

 

Si la primavera no es el tema de la novela “Saber perder” la adolescencia lo es. El autor, David Trueba, no ha olvidado nada de la suya y habla con mucha exactitud de la de las chicas. La protagonista, Sylvia, tiene 16 años.

 

 Voici la traduction du premier paragraphe du roman, une réflexion sur le désir :

« Le désir travaille comme le vent. Sans effort apparent. S’il trouve les voiles déployées il nous entraîne à une vitesse vertigineuse. Si portes et volets sont fermés,  il frappera un moment en quête d’une fissure ou rainure qui le laisserait s’infiltrer. Le désir associé à un objet de désir nous y condamne. Mais il y a une autre forme de désir, abstraite, déconcertante, qui nous enveloppe comme un état d’esprit. Elle annonce que nous sommes prêts pour le désir et qu’il nous reste à attendre, voiles déployées, que souffle le vent. Le désir de désirer. »

 

 Aquí tienen el primer párrafo de la novela, una reflexión sobre el deseo:

“El deseo trabaja como el viento. Sin esfuerzo aparente. Si encuentra las velas extendidas nos arrastrará a velocidad de vértigo. Si las puertas y contraventanas están cerradas, golpeará durante un rato en busca de la grieta o ranura que le permitan filtrarse. El deseo asociado a un objeto de deseo nos condena a él. Pero hay otra forma de deseo, abstracta, desconcertante, que nos envuelve como un estado de ánimo. Anuncia que estamos listos para el deseo y sólo nos queda esperar, desplegadas las velas, que sople el viento. Es el deseo de desear.”  (Ed. Anagrama, 2008)

 

tableau: Picasso, les amoureux

Commentaires

Bonsoir Colette, une belle traduction bien que je ne comprends pas l'espagnol. Ce premier paragraphe incite à la lecture et invite à l'achat de ce livre. Si un jour il sera traduit en français merci de nous avertir!

Écrit par : Haykel | 25/03/2010

@Haykel; ce roman n'est pas encore traduit à ma connaissance, mais je suppose qu'il le sera...et je vous préviendrai, bien sûr. Une belle lecture au bord du lac en dévorant chocolate et glaces!!!

Écrit par : colo | 26/03/2010

Les commentaires sont fermés.