Air du temps

  • Paellas, couleur safran / Paellas color azafrán

    Imprimer

    Trop sèches, ou insipides, ou pâteuses. Chiches en riz. Très onéreuses, voilà des défauts communs des paellas. Ah, ça, c’est tout un art et aucune ne se ressemble !

    Demasiado secas, o insípidas, o pastosas. Escasas en arroz. Muy onerosas, ahí son los defectos comunes de las paellas. ¡Ha, es todo un arte y ninguna se parece!

     

    Un peu d’histoire...La paella, mot d’origine latine « patella » puis du vieux français « paele » désignait la poêle plate avec, non un manche mais deux anses que vous connaissez sans doute. De la poêle au plat, voilà la paella moderne (notez que les 2 LL se prononcent Y et non L, comme dans paya).

    paella-valenciana-la-autentica-r.jpg

    Son origine se trouve à Valencia aux XVº et XVIª siècles dans les zones maraîchères et humides (Albufera) où l’on cultive riz et légumes. Un plat complet auquel on ajoutait des morceaux de lapin, canard, des oiseaux, des escargots, enfin ce qu’on avait sous la main en plus des légumes de saison. Et du safran. La paella aux crustacés, dont on ignore si elle est contemporaine de la première, est née…au bord de la Méditerranée, bien sûr.

    On cuisait lentement le tout sur un feu de branches d’oranger. Je pourrais vous raconter tant d’autres choses, mais il vous suffira de taper « histoire de la paella »…Mr Google vous dira tout.

    Un poco de historia…La paella, palabra de origen latina “patela” luego del francés antiguo “paele” designaba la sartén plana sin mango pero con dos asas que sin duda conocen. De la sartén al plato…

    Su origen se encuentra en Valencia en los siglos XV y XVI en las zonas hortenses y húmedas (Albufera) donde se cultiva arroz y verduras. Un plato completo al cual se añadía trozos de conejo, pato, pájaros, caracoles, en fin, lo que se tenía a mano junto con las verduras de temporada. Y azafrán.Se ignora si la paella de mariscos data de la misma época pero nació…al borde del Mediterráneo. ¡Sí!

    Se cocía lentamente el arroz en un fuego con leña de naranjos. Les podría contar tantas otras cosas sobre este plato, pero les bastará teclear “historia de la paella” y el señor Google les dirá todo.

    paella cerámica.jpg

     

    Traditionnellement ce sont les hommes qui la préparent, enfin qui la cuisent car les petites mains qui coupent tous les ingrédients à l’avance…c’est comme pour les barbecues, vous voyez ? Mais quand on est nombreux, les dimanches en famille, un repas avec des amis, c’est un repas complet et facile, qui plaît à tous et qui s’adapte à la bourse de chacun : tout dépend des ingrédients qu’on y met.

    Mon amie italienne m’a raconté qu’invitée à un dîner chez des voisins allemands, elle a eu du mal à avaler une paella avec du poulpe et des saucisses…à chacun se recette  mais les puristes Valenciens s’en émeuvent souvent.

     

    Son los hombres los que tradicionalmente la preparan, bueno que la cuecen ya que, al igual que con las barbacoas, son “las pequeñas manos” las que cortan antes todos los ingredientes… ¿ven lo que quiero decir? Pero cuando hay muchos comensales, los domingos en familia, una comida entre amigos, es un plato completo y fácil, que agrada a todos y se adapta al bolsillo de cada cual: todo depende de los ingredientes elegidos.

    Mi amiga italiana me contó que, invitada a una cena en casa de unos vecinos alemanes, le costó tragar una paella con pulpo y salchichas… a cada cual su receta pero los Valencianos a menudo se escandalizan...

     

    paella leña.jpg

    Suite à cela, je me suis demandé si vous aussi vous aviez mangé des paellas spéciales, si on en trouvait surgelées ou fraîches en Norvège, au Canada, en Suisse ou ailleurs. Peut-être même en préparez-vous ? Racontez-moi por favor.

    Después de eso me pregunté si ustedes también habían comido paellas especiales, si encontraban ese plato congelado o fresco en Noruega, Canadá, Suiza u otras partes. ¿Tal vez lo preparan ustedes mismos? Cuéntenme por favor.

     

     

     

  • En balade / De paseo

    Imprimer

    L’automne, touristes repartis, est le temps des balades. Il faisait gris et doux en ce dimanche de novembre.
     
    Quand on se trouve à Fornalutx, un des plus beaux villages de l’île, il est difficile de croire que la mer n’est qu’à 7km. À l’image de Soller, située à 4km de distance, ce petit village est entouré de montagnes et est construit sur un flanc du sommet le plus haut de l’île Le Puig Mayor (1445m).
     
    Il semble avoir été fondé durant la période arabe, «-utx » étant le suffixe mozarabe de « lieu ».
    Toujours est-il qu’il a été parfaitement conservé, toutes les maisons sont en pierre, les toits en tuiles ; le village est soigné et vert, sans être pour autant « léché ».
    Alors oui, il faut avoir de bonnes jambes pour y circuler, tout est en pentes et escaliers, le village est construit à plusieurs étages.
     
    Ce qui m’a le plus impressionnée en arrivant c’est le décor montagneux.
     

     

     

     

     

    Nous circulons, lentement...

     

     

     

     

    La place de l'église. Église gothique, avec des réformes baroques, de 1639
     
     
    Dans le village, le lavoir (le manque de lumière ce jour ne m’a pas permis d’en faire de belles photos mais j'en ai trouvé une sur cet intéressant site : https://viagallica.com/baleares/lang_es/ville_fornalutx.htm)
     
     
     
    Puis la Mairie dont le dessous des tuiles, comme dans pas mal de maisons du village, ont des dessins intéressants qui avaient pour but d’éloigner les différents maux des habitants de la maison.
    (les photos sont de la Maire, un peu haut pour moi!) http://www.ajfornalutx.net/municipi/teules/fotos.ct.html
     
     
    Autre particularité que l’on retrouve partout à Mallorca (j’ignore si cela existe ailleurs), ce sont les "couvre bas de portes" qui empêchent l’eau de pluie de passer .
     
     
    « Bon dia », « Bon dia », les habitants répondent gentiment, contents sans doute que les visiteurs parlent leur langue.
    Un village qui a reçu de nombreux prix, en autres pour sa parfaite intégration dans la nature. Nous y retournerons bientôt.
     
     
  • Avec du safran, la paëlla / Con azafrán , la paella

    Imprimer

     

    Trop sèches, ou insipides,  ou pâteuses. Chiches en riz. Très onéreuses, voilà des défauts communs des paellas. Ah, ça, c’est tout un art et aucune ne se ressemble !
    Demasiado secas, o insípidas, o pastosas. Escasas en arroz. Muy onerosas, ahí son los defectos comunes de las paellas. ¡Ha, es todo un arte y ninguna se parece!
     
                                                                                                     
    Un peu d’histoire...La paëlla, mot d’origine latine « patella » puis du vieux français « paele » désignait la poêle plate avec, non un manche mais deux anses que vous connaissez sans doute. De la poêle au plat, voilà la paella moderne (notez que les 2 LL se prononcent Y et non L, comme dans paya, d’accord ?)
    Son origine se trouve à Valencia aux XVº et XVIª siècles dans les zones maraîchères et humides (Albufera) où l’on cultive riz et légumes. Un plat complet auquel on ajoutait des morceaux de lapin, canard, des oiseaux, des escargots, enfin ce qu’on avait sous la main en plus des légumes de saison. La paella aux crustacés, dont on ignore si elle est contemporaine de la première, est née…au bord de la Méditerranée, oui !
    On cuisait lentement le tout sur un feu de branches d’oranger. Je pourrais vous raconter tant d’autres choses, mais il vous suffira de taper « histoire de la paella »…Mr Google vous dira tout.
    Un poco de historia…La paella, palabra de origen latina “patela” luego del francés antiguo “paele” designaba la sartén plana sin mango pero con dos asas que sin duda conocen. De la sartén al plato…
    Su origen se encuentra en Valencia en los siglos XV y XVI en las zonas hortenses y húmedas (Albufera) donde se cultiva arroz y verduras. Un plato completo al cual se añadía trozos de conejo, pato, pájaros, caracoles, en fin, lo que se tenía a mano junto con las verduras de temporada. Se ignora si la paella de mariscos data de la misma época pero nació…al borde del Mediterráneo. ¡Sí!
    Se cocía lentamente el arroz en un fuego con leña de naranjos. Les podría contar tantas otras cosas sobre este plato, pero les bastará teclear “historia de la paella” y el señor Google les dirá todo.
     
     
     Peinture: Conrado Meseguer
    pintura-de-conrado-meseguer.jpg  
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Traditionnellement ce sont les hommes qui la préparent, enfin qui la cuisent car les petites mains qui coupent tous les ingrédients à l’avance…c’est comme pour les barbecues, vous voyez ? Mais quand on est nombreux, les dimanches en famille, un repas avec des amis, c’est un repas complet et facile, qui plaît à tous et qui s’adapte à la bourse de chacun : tout dépend des ingrédients qu’on y met.
    Mon amie italienne m’a raconté qu’invitée à un dîner chez des voisins allemands, elle a eu du mal à avaler une paella avec du poulpe et des saucisses…à chacun sa recette !
     
    Son los hombres los que tradicionalmente la preparan, bueno que la cuecen ya que, al igual que con las barbacoas, son “las pequeñas manos” las que cortan antes todos los ingredientes… ¿ven lo que quiero decir? Pero cuando hay muchos comensales, los domingos en familia, una comida entre amigos, es un plato completo y fácil, que agrada a todos y se adapta al bolsillo de cada cual: todo depende de los ingredientes elegidos.
    Mi amiga italiana me contó que, invitada a una cena en casa de unos vecinos alemanes, le costó tragar una paella con pulpo y salchichas… ¡a cada cual su receta!
     
    Suite à cela, je me suis demandé si vous aussi vous aviez mangé des paëllas spéciales, si on en trouvait surgelées ou fraîches en Belgique, au Canada, en Suisse ou ailleurs. Peut-être même en préparez-vous ? Racontez-moi.
     
    Después de eso me pregunté si ustedes también habían comido paellas especiales, si encontraban ese plato congelado o fresco en Noruega, Canadá, Suiza u otras partes. ¿Tal vez lo preparan ustedes mismos? Cuéntenme.
     
    Lien permanent Catégories : Air du temps, billet, Espagne 0 commentaire
  • Dans la malle / En el baúl

    Imprimer
    Hope box


    Ce n'était pas si difficile- lui ai-je dit tandis que je buvais le café aqueux et chaud qu'on venait de me servir. -Il suffisait d'ouvrir la malle où je garde les souvenirs, les déguisements..., et de chausser ces lunettes en forme de cœur qu'un soir de réveillon quelqu'un a laissées pour que je les trouve. Et de ne plus jamais les ôter. 
     
    Texte de D. Herrón, merci! (trad: Colette)

    Tampoco era tan difícil- le dije mientras sorbía el café aguado y caliente que me acababa de servir. -Bastaba con abrir el baúl donde guardo los recuerdos, los disfraces..., y ponerme esas gafas en forma de corazón que una noche vieja alguien dejó para que yo encontrará. Y no quitármelas ya nunca más.

    Texto de D. Herrón (¡muchas gracias!)


                                                
                                                   


    ¡Feliz Año! Bonne année!
  • Sourires et images

    Imprimer
    C’était à la frontière avec la Guinée Bissau, tout au sud du Sénégal. Nous sommes restés une semaine dans ce petit village.
     
    Ce n’était pas vraiment un endroit touristique (à part un club Med. dont les clients ne sortent pas ou peu) mais il y a de nombreux résidents européens, retraités, qui y passent la saison sèche. Principalement des français et des belges.
     
    Il y avait le doux Adama, avec son magasin savamment installé sur son vélo. Il était fier Adama car lors de la course cycliste il était“le troisième africain”. “Les français étaient forts” disait-il, moi je pense qu’ils avaient de meilleurs vélos…
     
     
    Il y avait la souriante Mané qui m’a enseigné à préparer un poulet yassa, délicieux. Les cubes de bouillon Jumbo sont omniprésents dans leur cuisine.
     
    Il y avait Moudou qui, à 7h30, passait, bonnet de laine et veste à longues manches. Il faisait 23º. “Vous avez froid Moudou?” “Oui, il fait froid”.
     
    Et tant d’autres qui semblaient si contents qu’on parle avec eux (ils disent que certains européens les ignorent...relents de colonialisme). Les pêcheurs et les ramasseurs de coquillages vides (ils les vendent pour faire du coquillé, un mélange de morceaux de coquillages et de ciment).
     

     

     
    Les plages, immenses, étaient vides d’humains, seuls des chiens puis des vaches. 
     

     

     
     
    Et la poésie me direz-vous? Elle est partout: les sourires et la lumière jaunâtre à l’aube, rosâtre le soir, cet arbre qui semble porter une jupe, des coquillages sur la plage qui semblent être des papillons…
     

     

     
     
    C’était la première fois que je sortais de l’Europe. Ce voyage m’a énormément intéressée, bouleversée aussi.
     
    Dans le prochain billet, un poème et un bois sacré...l’animisme est très présent là-bas.
     
    Lo siento amigos españoles, tuve pereza esta vez de traducirlo al español. Pero tenéis las fotos...
    Lien permanent Catégories : Air du temps, billet 2 commentaires
  • Laisser couler le temps / Dejar fluir el tiempo

    Imprimer
     
     
     
     
    Courte nuit d’été;
    entre les joncs, s’écoulant,
    l’écume des crabes.
     
    Haïku de Yosa Buson.(...)
     
    Le haïku est une émotion mais aussi l’étonnement de découvrir qu’on a besoin de peu pour transmettre le maximum, qui, en certaines occasions comme dans le haïku de Yosa Boson, coïncide avec le vide, avec le silence profond d’un courant par une nuit d’été avec des crabes glissant entre des joncs immobiles. Il ne faut pas aller si loin pour sentir le même étonnement ni l’émotion qu’on ressent en savourant les vers d’un vrai poète: “Ces jours bleus et ce soleil de l’enfance”, qui fut le dernier qu’écrivit Antonio Machado dans son exil français de Collioure et que ceux qui l’enterrèrent trouvèrent dans la poche de sa veste, écrit au crayon sur un papier.
    Peut-on dire plus avec moins?
     
    L’été est un haïku qui passe en volant. Comme la poésie, il n’a pas besoin de grands événements pour passer, au contraire: plus il est vide, plus il est répétitif et rempli de tranquillité, plus il glisse vite.
    Comme les haïkus, les vacances sont un temps en suspension, vide dans le calendrier qui à peine contient plus de notes dans l’agenda qu’un dîner, un paysage ou le souvenir d’une nuit, mais qui nous accompagneront toujours précisément par leur intemporalité. Haïku signifie court, confrontation entre deux idées qui tendent à être la même et entre lesquelles s’interpose une autre, comme les vacances le font avec notre temps présent.
    Pour cette raison – et par leur brièveté- il faut en profiter, et non parce que l’industrie des loisirs le dit, elle qui ignore consciemment, car elle en vit, que profiter du temps ne signifie pas le remplir d’obligations et de rendez-vous; tout au contraire: profiter du temps consiste à le laisser couler librement, comme les crabes du haïku de Yosa Buson, et de nos pensées.
     
    Une année de plus a passé
    Une ombre de voyageur sur ma tête
    Sandales de paille à mes pieds", écrivit son maître Matsuo Bashô.
     
    (Trad: Colette)
    NB: c'est moi qui ai souligné les haïkus et  la phrase de Machado.
     
    PS: cet article a été écrit et traduit avant les attentats de Barcelone. L'ombre du voyageur s'est voilée de deuil...
     
    Berthe Morisot 1879, Jour d'été / Día de verano

    Noche corta de verano: / entre los juncos, fluyendo, / la espuma de los cangrejos”.
    (El) haiku de Yosa Buson, (...)
    El haiku es una emoción pero también el asombro de descubrir que no se necesita mucho para trasmitir el máximo, que en ocasiones, como en el haiku de Yosa Buson, coincide con el vacío, con el silencio profundo de una corriente bajo una noche de verano con cangrejos deslizándose entre los juncos inmóviles. No hay que ir tan lejos para sentir ese mismo asombro ni la emoción que se experimenta al paladear los versos de un verdadero poeta: “Estos días azules y este sol de la infancia”, fue el último que escribió Antonio Machado en su exilio francés de Collioure y que quienes lo enterraron encontraron en el bolsillo de su chaqueta escrito a lápiz en un papel. ¿Se puede decir más con menos?
    El verano es un haiku que pasa volando. Como la poesía, no necesita de grandes sucesos para discurrir, al revés: se desliza más rápido cuando más vacío, más repetido y lleno de tranquilidad. Como los haikus, las vacaciones son tiempos de suspensión, vacíos en el calendario que apenas dejan notas en las agendas más allá de una comida, un paisaje o el recuerdo de una noche pero que nos acompañarán ya siempre precisamente por su intemporalidad. Haiku significa corte, enfrentamiento entre dos ideas que vienen a ser la misma y entre las que se interpone otra, como las vacaciones hacen con nuestro tiempo presente. Por eso —y por su brevedad— hay que aprovecharlas, no porque nos lo diga la industria del ocio, que ignora conscientemente, puesto que vive de ello, que aprovechar el tiempo no significa llenarlo de obligaciones y citas; al revés: aprovechar el tiempo consiste en dejarlo fluir libremente, como los cangrejos del haiku de Yosa Buson, y con él nuestros pensamientos. “Un año más ha pasado / Una sombra de viajero en mi cabeza / Sandalias de paja a mis pies”, escribió su maestro Matsuo Bashô.

     
     
     
  • Un aperçu de mes vacances / Una idea de mis vacaciones

    Imprimer

    peinture-impressionnisme-Emile_Claus_-_Picknick.jpg

    Émile Claus, pique-nique                                                                                Photo Colette                                     


    Il y faisait frais, les amis n'ont pas manqué!
    Hacía fresquito, ¡los amigos no faltaron!

    Balades, visites, frère et sœur, et des fougères superbes, énormes.
    Paseos, visitas, hermanos, y unos helechos impresionantes.

     

    Jacob Smith                    
     
     
     



     Et puis un jour ce ciel lumineux mais recouvert d'un fin drap gris et blanc.
    Y un día este cielo luminoso pero cubierto de una sábana fina gris y blanca.

    Lien permanent Catégories : Air du temps, billet 0 commentaire
  • Tout en couleurs / En colores

    Imprimer

     

    Foto Colette


     

    Le dernier jour des fêtes de mon village, Puigpunyent, a lieu depuis des années une bataille d'eau. C'est follement amusant.
    La rareté de ce liquide précieux sur l'île (bon, pour les touristes il y a tout ce qu'il faut!), a transformé cette année l'eau en poudres de couleurs, une copie de la fête hindoue du printemps, Holi. Et ce fut tout aussi amusant pour les enfants...
     
    El último día de fiestas en mi pueblo, Puigpunyent, tiene lugar desde hace años una batalla de agua. Es divertidísimo.
    La escasez de ese precioso líquido en la isla (bueno, no les falta nada a los turistas) ha trasformado este año el agua en polvos de colores, una copia de la fiesta hindú de la primavera, Holi.
    Fue la mar de divertido para los niños...
     






     








    PLaza de Son Bru, Puigpunyent,  Holi, la fiesta de colores. Fotos Colette
     


    ...les ados, les jeunes parents...
     ... los adolescentes, jóvenes padres...

     


    Fotos Colette

     

     


    ...les chiens. Tiens, ont-ils trouvé ça rigolo?
    ... y los perros. Anda, ¿a ellos les pareció divertido? 
     


     



     
    Puigpunyent, fiestas 2016

     

     

     

     

  • Récoltes / Cosechas

    Imprimer

     

     

     

     
     

     

     
    Oignons doux et géants, entre 800gr et 1kg!

     

     

     


    Noyée sous des kilos de tomates, poivrons, citrons et autres; la tête plongée dans les conserves et les bains Marie, j'avais pensé ne pas faire de billet cette semaine.
    Puis j'ai eu envie de vous montrer ce champ qui longe notre terrain.
    Bonne semaine!



    Sumergida bajo kilos de tomates, pimientos, limones y otros; la cabeza metida en las conservas y los baños María, había pensado no publicar nada esta semana.
    Luego me entraron las ganas de enseñaros este campo que linda con nuestro terreno.
    ¡Qué tengáis una buena semana!

     

     
     

     

     
  • Un jour de fête/ Un día de fiesta

    Imprimer


    (clic pour agrandir les photos, les visages sont volontairement un peu flous)
     
    La veille au soir le ciel montrait des bourrelets inquiétants, mais dimanche, jour de la foire écologique et artisanale de mon village, pas un nuage, et température agréable.
    La víspera por la noche el cielo mostraba unos michelines inquietantes, pero el domingo, día de la Feria ecológica y artesanal de mi pueblo, ni una nube y una temperatura agradable.


    Cetteannée je me suis vraiment amusée; ma bonne forme actuelle y est pour beaucoup, évidemment. Mais aussi les différents stands, les activités, les spectacles, le tout réalisé par les gens du lieu.
    Este año me lo pase en grande; mi buena forma actual tiene mucho que ver, claro. pero también los diferentes puestos, las actividades, los espectáculos, todo realizado por la gente local.
     

    Costume traditionnel encore porté pour les danses folkloriques


    Comme toujours dans ce village, les femmes sont les plus actives, participatives. Mais je ne m'attendais pas à  voir deux d'entre elles scier avec succès une "tranche" de tronc. Tout le monde les encourageait.
    Como siempre en este pueblo, las mujeres son más activas, participativas. Pero no me esperaba ver dos de ellas serrar, con éxito, una "loncha" de tronco. Todo el mundo les animaba.




    Admirative des effort et des excellents résultats du musicien Toni avec ses deux groupes de "Batucada". Ce terme vient de l'Afrique et de l'habitude de tout fêter avec des tambours joués à différents rythmes . D'abord un groupe d'enfants, quelle patience me suis-je dit - car ils n'ont commis aucune erreur. Mais il paraît qu'ils apprennent plus vite et facilement que les adultes de cet autre groupe, composé principalement de femmes (qui ont été très bons eux aussi). On se connait tous bien sûr.

    Admirativa de los esfuerzos y excelentes resultados del músico Toni con sus dos grupos de Batucada. Este término viene de África y de la costumbre de festejarlo todo con tambores tocados con distintos ritmos . Primero un grupo de niños, qué paciencia pensé ya que no cometieron ningún fallo.Pero al parecer aprenden mucho más de prisa y fácilmente que los adultos de este otro grupo compuesto principalmente de mujeres.(también fueron muy buenos). Nos conocemos todos, claro.

     

     

     
    Enfin, c'était vraiment émouvant, la chorale du troisième âge. On vit longtemps ici! Les plus jeunes ont plus de 75 ans et plusieurs ont dépassé les 90.
    Por fin, y era conmovedor, la coral de la tercera edad. ¡Se vive mucho tiempo aquí! Los más jóvenes tienen más de 75 años y varios han pasado de los 90.



     
    Une joyeuse journée donc!
    ¡Un día alegre pues!

  • Amandes et douceurs / Almendras y dulces

    Imprimer

    Majorque, pays des amandiers; les paysans les bichonnent et les récoltes sont abondantes.
    Mais, ce n'est un secret pour personne, le plus gros producteur mondial d'amandes est la Californie. Or cette partie des États Unis est dernièrement sous le coup d'une grande sécheresse et, contrairement aux cultures d'ici où on n'arrose jamais les amandiers, leurs arbres ont besoin d'eau. (ils louent aussi le service de ruchers pour polliniser les arbres!)
    Le prix des amandes grimpe à toute vitesse bien sûr et avant que leur prix ne devienne prohibitif, je vous livre la recette du délicieux Turrón Majorquin.
    C'est une sorte de massepain recouvert d'une feuille, comment dire, d'hostie (pain azyme), enfin vous voyez sur la photo. 
     

    Avantages très appréciables: ce turrón est mou, - ceci pour ceux dont les dents ne sont plus trop solides -, et puis il contient citron et orange.
     
     
    Il se conserve très longtemps à l'abri de l'air, entouré d'un film plastique.
    La dame de la vidéo a l'accent caractéristique des gens d'ici dont l'espagnol n'est pas la langue maternelle.

    Mallorca, tierra de almendros; los campesinos los miman y las cosechas son abundantes.
    Pero, no es un secreto para nadie, el mayor productor mundial es California. Últimamente esa parte de los Estados Unidos padece una terrible sequía y, al contrario de los cultivos de aquí donde nunca se riegan, sus árboles necesitan agua.
    ( ¡también alquilan el servicio de colmenas para polinizar los árboles!) 
     
    Almendros secos / amandiers secs California

    El precio de las almendras sube de forma vertiginosa y, antes de que su precio sea prohibitivo, os doy hoy la receta del delicioso turrón mallorquín.
    Es un tipo de mazapán recubierto de una oblea.
    Ventajas muy apreciadas: ese turrón es blando - eso para los que no tienen  los dientes muy sólidos - tiene limón y naranja y se conserva durante mucho tiempo.
    Os dejo ver el vídeo, esa señora tiene el acento típico de aquí, ya que el español no es su primer idioma.


    Ingrédients:
    200 gr d'amandes pelées et réduites en poudre ou achetées en poudre
    180 gr de sucre glace ou normal selon les goûts
    Le jus d'une orange
    Le zeste d'un citron
    Cannelle selon vos désirs (moi j'en mets beaucoup comme la dame de la vidéo)
    4 feuilles "d'hostie"
     
    Réalisation
     Mélanger bien le tout, formez deux boules et procédez comme sur la vidéo.
    Le torchon de cuisine qu'elle emploie pour tasser la pâte est humidifié.

    Facile non?

  • Balade d'automne / Paseo otoñal

    Imprimer
    Dimanche dernier soufflait un vent doux et chaud, comme une caresse sur les bras nus.
    El domingo pasado soplaba un viento dulce y cálido, parecido a una caricia en los brazos desnudos.

     


    Tiens, il fait à nouveau chaud? Je ne suis pas très calée en saints, mais il paraît que c'est "le petit été de Saint Michel".
    Anda, ¿otra vez hace calor? No estoy muy puesta en los santos, pero parece que es "el veranillo de san Miguel".
    La ciel est couleur crème, un peu de bleu par moments, une balade dans les sous-bois se décide: les arbouses sont-elles mûres? L'Erica en fleur? En route pour la zone de Galilea, Capdellá, Calvià.


    El cielo es de color crema, algo azul a ratos, decidimos dar un paseo por el sotobosque: ¿están maduros los madroños? ¿La Erica en flor?. Carretera hacia la zona de Galilea, Capdellá, Calviá.

     

    Sur la route cette sculpture, fragile. En la carretera esta frágil escultura.

     

    (clic pour agrandir)

     

    A un tournant surgit une belle plante d'Erica, mais plus loin c'est tout le flanc de la montagne qui en est couvert.
    En una curva aparece una bella planta de Erica, pero más allá es toda la ladera de la montaña que está cubierta.

     

    Erica

     



     

    Voilà les arbouses, pas encore rouges, les oiseaux en feront bientôt leur déjeuner; ne pas en abuser, ils contiennent de l'alcool...!
    Por fin unos madroños todavía verdes, pero pronto los pájaros los convertirán en almuerzo; no hay que abusar, contienen alcohol...!

     

     

    Madroño / Arbousier

     



    Encore de quoi faire un festin, un lentisque.
    Otro festín, un lentisco.

     

     
    Lentisco

     


    Dans la plaine, l'arbre qui attire le plus mon attention est le caroubier.
    Un arbre généreux aux feuilles d'un beau vert et joliment découpées. Les troncs les plus anciens ont souvent des formes extraordinaires, et les fruits employés pour l’alimentation du bétail, mais aussi pour faire un chocolat délicieux, pas gras du tout (contrairement au cacao), des farines sans gluten, et autres.

    En el llano, el árbol que más me llama la atención es el algarrobo.
    Un árbol generoso con hojas de un bonito verde y finamente dibujadas. Los troncos antiguos tienen a menudo unas formas extraordinarias y los frutos, empleados en la alimentación del ganado pero también para hacer un delicioso chocolate, nada grasiento (la contrario del cacao), harinas sin gluten y multiples usos más.

     

    Algarrobo / Caroubier

     

     

     

    Le Galatzó vu de Capdellà

     


    Avant de reprendre la route qui mène à Calvià, je traîne encore un moment. Ce peut sembler un peu "simplet" mais je me sens en harmonie avec ces sous-bois, cette nature sauvage. Peut-être, comme disait Nietzsche, est-ce parce qu'elle n'a pas d'opinion sur moi/nous....

    Antes de retomar la carreta hacia Calviá, me demoro un poco más. Puede parecer un poco "simplote" pero me siento en armonía con el sotobosque, esa naturaleza salvaje. Tal vez, como decía Nietzsche, es porque ella no tiene opinión sobre mí/nosotros...

     

    Algarrobo / caroubier
  • Simplement lever les yeux / Simplemente alzar la vista

    Imprimer



    "Seul le ciel sait pourquoi nous l'aimons tant".


    Virginia Woolf

     

    Puigpunyent/ Mallorca 10 septembre 2015 Foto Colette

     

    "Sólo el cielo sabe por qué lo amamos tanto".


  • Bribes estivales / Fragmentos veraniegos

    Imprimer

     

    Foto Colette / Golondrinas - Hirondelles  Mallorca 2015

     

    Balade quotidienne à 7h du matin, avant que le soleil ne rende le plaisir vivre par trop chaleureux.
    Paseo cotidiano a las 7h de la mañana, antes que el sol convierta el placer de vivir demasiado caluroso.
     
    Trois femmes et un chien noir, groupe d'âges disparates. Nous rencontrons pas mal de gens qui profitent de la relative fraîcheur du matin. Marche lente dans la campagne, rien ou presque ne nous échappe. V, la plus âgée, s'arrête souvent pour parler des choses de la terre, de la vie dans le village de sa jeunesse. Son père était berger de moutons, elle raconte si bien la vie d'alors.
     
    Tres mujeres y un perro negro, grupo de edades variadas. Nos encontramos con bastante gente que aprovecha el relativo frescor de la mañana. Paseo lento por el campo, nada o casi nada se nos escapa. V, la mayor, se para a menudo para hablar de cosas de la tierra, de la vida en el pueblo de su juventud. Su padre era pastor de ovejas, cuenta tan bien la vida entonces.

     

    De nombreux lapins cette année, des hirondelles à foison, et l'autre jour ces cochons qui ont à peine daigné ouvrir un oeil à notre passage.
    Hay numerosos conejos este año, golondrinas en abundancia y, el otro día, esos cerdos que apenas se dignaron a abrir un ojo a nuestro paso.
     

     

    Sommeil de porcs / Sueño de cerdos Mallorca 2015 Foto Colette



    Cette semaine, à l'ombre, j'ai lu ce poème qui résume si bien nos petites peurs et nos grands courages.
    Esta semana, a la sombra, leí este poema que resume tan bien nuestros pequeños miedos y nuestras grandes valentías.

     

    Valiente / Courageux

     

    GRACIA IGLESIAS LODARES (Madrid 1977)

     

     

    Le daban miedo las pisadas
     
    las puertas entreabiertas
     
    las cortinas
     
    los pies de las esfinges
     
    la lengua de los gatos.

     

     Il avait peur des pas
     
    des portes entrouvertes
     
    des rideaux
     
    des pieds des sphinx
     
    de la langue des chats

     

    Le asustaban la risa de los viejos
     
    y las fotos de niños con corbata
     
    los osos de peluche
     
    las gaviotas de cine
     
    de los años sesenta.
     
     
    Il était effrayé par les rires des vieux
     
    et par les photos d'enfants en cravate
     
    par les ours en peluche
     
    par les mouettes au cinéma
     
    des années soixante

     

    Temía sobre todo
     
    ver llorar a su padre
     
    recorrer un pasillo
     
    cortarse con papel
     
    y morir cada noche.

      

    Il craignait surtout de
     
    voir pleurer son père
     
    de parcourir un couloir
     
    de se couper avec du papier
     
    et de mourir chaque nuit

     

    Pero era tan valiente
     
    que miraba a los ojos
     
    y derramaba el alma
     
    y decía te amo
     
    y era cierto.

     

     

    Mais il était si courageux
     
    qu'il regardait dans les yeux
     
    et qu'il épanchait son âme

    et disait je t'aime

    et c'était vrai.
     

     

    Trad: Colette

     

    Source / Fuente: http://trianarts.com/gracia-iglesias-valiente/
  • Des plantes si étranges / Plantas tan extrañas

    Imprimer

     

    D'abord il y a cette plante, Tillandsia, qui vit de l'air, rien de plus. Difficile
     
    àcroire, mais quand je suis arrivée ici je voyais partout des boules vertes
     
    comme celles-ci. 
     
    Primero hay esta planta, Tillandsia, que vive nada mas que del aire.
     
    Resulta difícil creerlo pero cuando llegué aquí, veía por doquier bolas
     
    verdes como esta.

    (clic sur les photos) 
     

     

    Tillandsia

     


    Une voisine m'en donna un "morceau" il y a longtemps; depuis j'en ai
     
    offert beaucoup. J'ai une chance: la mienne fleurit presque chaque année.
     
    Il parait qu'il n'y a que les femelles qui, au printemps, s'ornent de ces
     
    superbes fleurs.
     
    En général elles sont suspendues dans les patios, chez moi elle se trouve
     
    collée au tronc de la vigne qui recouvre la terrasse.


    Tillandsia en fleur 

     

    Una vecina me dio un "trozo" hace tiempo; desde entonces regalé muchos.
     
    Tengo suerte, la mía florece casi cada año. Parece ser que sólo las
     
    hembras se adornan de esas preciosas flores en primavera.
     
    A menudo cuelgan en los patios, en mi casa está pegada a la parra que
     
    cubre la terraza.

     


     

     

    Ensuite il y a "mon" Cycas Revoluta. Celui-là je ne le comprendrai
     
    jamais;quand et pourquoi il décide de faire des nouvelles pousses est un
     
    mystère.
     
     Toujours est-il que cette année, quelques jours avant nos élections locales
     
     et régionales, il y a eu une poussée en force. Loin de m'indigner de son
     
    long silence, j'ai observé attentivement le développement de ces
     
    nouvelles "palmes" qui ont maintenant atteint la hauteur de leurs
     
    congénères.

     

     

    Cycas Revoluta

     


    Luego está "mi" Cycas Revoluta. A ese nunca le comprenderé; cuándo y
     
    por qué se decide en hacer nuevos brotes, es un misterio. Pero este año,
     
    unos días antes de las elecciones locales y regionales, hubo un fuerte
     
    empujón. Lejos de indignarme por su largo silencio, observé atentamente
     
    el desarrollo de esas nuevas "palmas" que han alcanzado ahora la altura
     
    de sus congéneres.